La semaine dernière j’étais toute seule à la maison : kidsfree, mecfree Même si en vrai, à la maison je n’y ai pas été beaucoup.

Les filles et mon homme sont partis en vacances, sans moi.

Des années que ça ne m’est pas arrivé de partir en vacances sans eux, sans elles. D’ailleurs les filles ont eu un peu de mal à comprendre pourquoi je ne partirai pas avec elles. Ma grande me conseillant de travailler également les we pour avoir des vacances pour partir avec elles. Alors je leur expliqué qu’elles allaient passer de bonnes vacances, et que la prochaine fois, normalement je pourrai partir avec elles.

J’avoue que moi aussi ça m’a fait bizarre, ça fait bien longtemps que ça ne m’est pas arrivé de rester sur la touche pendant les vacances.


Alors de mon côté, je m’étais programmé des sorties aussi. Même si je ne me prive pas pour sortir en semaine, en général je limite. Cette semaine-là, c’était no limit.

J’en ai profité pour faire ce que je ne fais jamais : aller au restau jusque très tard avec une amie, laisser tout traîner dans le salon et dans la cuisine, regarder un film en prenant mon bain, aller au théâtre, deux fois, ne pas speeder le soir pour aller les retrouver, sortir dans Paris après le boulot, trainasser … bref vivre une vie de célibataire.

 

mater-un-film-dans-son-bain

 

Mais tous les soirs les avoir au téléphone, entre leurs petites voix me racontant leur journée, partant faire autre chose et revenir au « combiné » parce qu’elles ont encore un truc à me dire, me raconter des futilités, ces petites choses inutiles mais qui ont une importance à leurs yeux, les entendre me demander inlassablement si la prochaine fois je voudrai bien venir avec elles, et cette fois leur promettre que oui les prochaines vacances nous les passerons tous les quatre.

Raccrocher avec cette envie folle de leur faire un bisou, un vrai

Raccrocher avec la certitude de passer une nuit complète.

Raccrocher avec ce plaisir de les avoir entendues me raconter leur bonne journée.

Raccrocher avec ce plaisir de pouvoir sortir sans avoir à gérer un « ah tu préfères sortir que diner avec tes filles ? »

Raccrocher avec ce plaisir de savoir que le lendemain je recevrais une photo d’elles heureuses.

Raccrocher avec l’envie d’être avec elles pour ces bons moments.

Raccrocher et se faire des bisous virtuels pour se retrouver le lendemain au téléphone.

Raccrocher tous les soirs de la semaine dernière en sachant que le prochain câlin serait tellement bon.

Elles étaient bien et heureuses, et moi aussi.

Cette semaine elles sont de nouveau sans moi, nous avons rechargé les batteries de bisous. Je sais qu’elles seront bien, avec mes parents et leurs cousins. Et puis cette fois j’irai les chercher pour passer les derniers jours de vacances avec elles.

Et puis, cette semaine, on profite à deux, des années que ça ne nous est pas arrivé.


Et chez vous, les vacances ça se passe comment ?